UNE JEUNE CREATRICE PASSIONNEE

Passionnée depuis toujours par les arts et la création, Camille a choisi d’allier sa sensibilité artistique et son goût des matières à ses études. Elle intègre l’E.S.A.A Duperré à Paris, en design de mode et environnement, option textile, matériaux et surfaces. Elle obtient un B.T.S en 2006 et une licence professionnelle avec mention bien en 2007.

Elle se passionne pour les façons d’anoblir un tissu, un matériau et trouve que travailler la surface donne libre cours à ses idées. Durant ces trois années d’études Camille Delprat acquiert une connaissance pointue des tissus : de sa manipulation – tricot, crochet – à son histoire, en passant par la bonne manière de l’imprimer tant d’un point de vue du motif que selon sa composition. Cette pratique du textile lui permet aujourd’hui de détenir un savoir-faire recherché

En fin de cycle Camille Delprat effectue un stage dans un bureau de style et de tendance. Lui est confié la conception des graphismes textile de draps de bain. La créatrice s’est enthousiasmée de voir ses imprimés passer de la fiche technique au produit fini.
Cette mission génère un déclic : elle sera designer textile.

Elle obtient un premier emploi chez 64 (prêt à porter homme et femme), entreprise pour laquelle elle dessine les motifs des t-shirts, réalise le design des vitrines et des outils de communication.

Elle travaille ensuite comme designer graphique pour Quiksilver, Roxy, la marque de cosmétique Les cabines blanches, le café théâtre La Luna Negra et pour plusieurs agences de communication de la région (H05, Bleu vif, etc).

À 26 ans elle monte son entreprise et commercialise ses premiers imprimés. Elle réalise notamment des motifs « all over » pour la marque d’espadrilles Art of Soule.

Trois ans plus tard, elle crée sa propre marque Plume de paon. Camille Delprat propose alors une collection d’accessoires et d’éléments de décoration qu’elle conçoit de A à Z : sac, coussin, tote bag, pochette ; mais également d’imprimés à destination de tissu, papier peint ou autres surfaces.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Son univers

Camille Delprat aime l’accumulation des objets d’un cabinet de curiosité, la densité d’une jungle luxuriante, les détails d’un herbier, l’aspect tentaculaire que peut parfois prendre la nature. Mais ce qui fait la singularité de son travail c’est le traitement qu’elle a des motifs issus des éléments précités. Une feuille devient dans ses mains à la fois forme géométrique et fragment de nature. En découle un motif hybride qui est ensuite démultiplié à la façon du kaléidoscope. Elle affectionne cette idée du reflet, du miroir et en joue.

Par ses voyages ou la veille constante qu’elle effectue, Camille Delprat puise dans l’artisanat de différents pays des inspirations. C’est ainsi qu’elle s’intéresse aux zelliges marocains, ces mosaïques formant des motifs géométriques lui rappelant les couvertures au crochet. En Inde c’est le paisley qui l’attire, proche de l’imprimé cachemire. Elle garde du Portugal ses azulejos. En Indonésie, c’est un procédé de teinture bien particulier qui retient son attention : l’ikat. Il consiste à teindre d’abord le fil de trame, créant au tissage comme des bavures.

Ont en commun ces inspirations la répétition des formes, leur aspect souvent géométrique et le fait qu’elles soient chatoyantes.

Ses savoir-faire made in France

Si un designer textile possède les compétences d’un graphiste, l’inverse n’est pas vrai. En effet, le design textile requiert des savoirs spécifiques.

Camille Delprat fonctionne beaucoup par l’observation : la forme d’une plume, la composition d’un iris, l’étude du contenu d’un herbier. De là elle dessine l’élément retenu et scanne sa création pour ensuite adjoindre un travail numérique.

Vient ensuite la répétition et l’effet miroir à l’infini par un traitement au kaléidoscope. Une méthode propice au traitement du motif en « all over » (il peut être lu de tous les côtés).

Ses compétences en design textile, permettent à la créatrice de proposer des imprimés « au raccord ». Cela signifie que le tissu ou papier peint peut s’additionner horizontalement ou verticalement dans la continuité du motif, sans rupture.

Pour la réalisation de ses produits finis, la créatrice fait fabriquer l’ensemble de ses collections en France et s’attache à aux savoir-faire artisanaux. Ainsi elle collabore avec une modéliste pour les patrons ; avec un atelier de confection pour les prototypes, avec un photographe pour les prises de vue et un webdesigner pour le site e-commerce.

Et enfin avec un imprimeur textile travaillant par sublimation : la teinture est prise dans la fibre et non seulement déposée sur le dessus.